Fandom

Wiki CHERUB

Ordre de mission - 100 Jours en enfer

246pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

** CONFIDENTIEL **

ORDRE DE MISSION DE JAMES ADAMES

NE PAS EMPORTER - NE PAS PHOTOCOPIER

NE PAS PRENDRE DE NOTES

[1] Fort Harmony

En 1612, le roi James Ier d'Angleterre offre à ses sujets cinquante kilomètres carrés de terres situées autour du village gallois de Craddogh. Une charte autorise les populations locales à y mener gratuitement leur bétail et à y construire des abris.

Au cours du XIXe siècle, les paysans abandonnent peu à peu leurs activités agricoles pour travailler à la mine de charbon du village voisin. En 1870, la Terre commune est définitivement abandonnée. Elle le restera au cours des quatre-vingt-dix-sept années suivantes.

En 1950, la Terre commune de Craddogh est intégrée au parc national du West Monmouthshire. En 1967, en vertu de la charte de 1612, un petit groupe de marginaux mené par Gladys Dunn y crée la communauté de Fort Harmony. Ses membres vivent dans des cabanes et pratiquent l'élevage de poules.

Au cours des trois années suivantes, profitant de la bienveillance des autorités, la communauté voit ses effectifs s'élever à deux cents soixante-dix membres répartis dans une centaine de cabane délabrées. la direction du parc national entame alors une action en justice pour expulser les marginaux. Au bout de deux ans de procédure, la charte de 1612 est décrétée officiellement abolie. Le gouvernement accorde aux occupants un délai d'une semaine pour quitter les lieux.

Les membres de la communauté refusent de se soumettre à la décision de justice. À l'hiver 1972, la police reçoit l'ordre de détruire leurs habitations et de procéder à l'arrestation des fauteurs de troubles. La population de Fort Harmony est réduite à une cinquantaine d'habitants, noyau dur bien décidé à résister aux autorités.

[2] Affrontement

Les membres de la communauté mettent en place une stratégie. Chaque matin, ils quittent la Terre commune, laissant la police démolir leurs abris. Au cours de la nuit, ils reprennent possession des lieux, élèvent de nouvelles cabanes, creusent des tunnels souterrains et tendent des pièges pour entraver l'action de la police.

Cette tactique porte rapidement ses fruits : trois représentants des forces de l'ordre se retrouvent prisonniers dans des filets, à vingt mètres du sol. Le camion de pompier appelé à la rescousse s'enlise dans la boue. Il ne faut pas moins de sept heures aux secouristes pour trouver un moyen de délivrer les captifs sans mettre leur vie en danger. Dès le lendemain, la photo des policiers pris au pièges fait la une de tous les quotidiens britanniques.

La couverture médiatique de ces incidents attire des dizaines de marginaux à Fort Harmony.

Le 26 août 1973, les autorités décident de lancer l'assaut final. Des barrages routiers sont dressés pour éviter que les supporters de Gladys Dunn ne rejoignent la colonie. Les trois cent policiers procèdent à la destruction du camp et à l'arrestation des opposants. Au matin, vingt irréductibles se cachent encore dans les tunnels souterrains. Les forces de l'ordre, craignant que les galeries ne s'effondrent, décident d'attendre qu'ils quittent d'eux-mêmes leur refuge, poussés par la faim et la soif.

À 17 heures, une portion de tunnel s'écroule sous le poids d'un véhicule. Les policiers parviennent à sauver Joshua Dunn, âgé de neuf ans, fils de la fondatrice de la colonie. Tandis que deux d'entre eux extraient l'enfant de la tranchée en le tirant par les pieds, un troisième lui assène de violents coups de matraque sur le crâne. Un photographe immortalise la scène. Les clichés du garçonnet évacué à bord d'une ambulance font l'ouverture des journaux télévisés, provoquant la colère de l'opinion publique.

Aussitôt, une foule imposante se presse derrière les barrages interdisant l'accès à Fort Harmony. À minuit, les policiers épuisés et privés de renforts affrontent un millier de manifestants. À trois heures du matin, ils battent en retraite. Au lever du soleil, le 27 août, plus de sept cents supporters ont investis les lieux. Un flot ininterrompu de voitures et de camionnettes apporte du bois et de l'équipement. Les résistants quittent leurs tunnels et commencent à rebâtir leurs abris.

Le lendemain matin, la photo des violences policières fait la une de tous les quotidiens britanniques. Les autorités annoncent officiellement le retrait des forces de police et remettent à une date ultérieure l'évacuation de la communauté. Elles établissent un plan exigeant l'intervention d'un millier de policiers pour effacer toute trace de Fort Harmony, en bouclant la campagne environnante, mais n'auront jamais les moyens financiers et logistiques de le mettre en œuvre.

[3] Aujourd'hui

Trente ans après ces incidents, Fort Harmony est toujours en activité. Privés d'eau courante et d'électricité, ses habitants mènent une vie difficile. Sa fondatrice, Gladys Dunn, a aujourd'hui soixante-seize ans. En 1979, elle a remporté un succès d'édition en publiant son autobiographie. Ses trois fils, dont Joshua qui souffre, depuis les violences dont il a été victime, de séquelles neurologiques, vivent toujours sur les lieux, comme la plupart de ses dix petits-enfants et vingt-huit de ses arrière-petits-enfants. La communauté compte environ soixante résidents permanents. Durant l'été, elle accueille des étudiants et des routards, qui considèrent Gladys Dunn comme une héroïne, et abrite alors près de deux cents habitants.

[4] Green Brooke

En 1996, à la suite de la fermeture de la mine de charbon, le village Craddogh plonge dans la crise. Rongée par le chômage, sa population chute de deux mille habitants en 1970 à moins de trois cents. Les maisons en ruine et les terrils découragent les touristes, pourtant nombreux à converger vers le parc national.

Pour lutter contre ce fléau économique et social, les autorités permettent la construction de centre de conférences de Green Brooke sur une partie de l'ancienne Terre commune de Craddogh. Les installations ouvrent leurs portes en 2002. Elles sont entourées d'une clôture sécurisée de cinq mètre de haut équipée de caméras de surveillance. Elles accueillent des conférences et des séminaires. Le site abrite un hôtel de 765 chambres, un auditorium pouvant accueillir 1200 spectateurs, gymnase, un spa, deux parcours de golf, un parking de mille places et un héliport.

De nombreux résidents de Craddogh et de Fort Harmony travaillent à Green Brooke comme réceptionnistes, cuisiniers ou employés d'entretien.

[5] Petrocon 2004

Fin 2003, Green Brooke annonce pour mai 2004 l'organisation de l'évènement le plus prestigieux de son histoire : Petrocon, une conférence internationale, tenue à l'écart des médias, réunissant deux cents personnalités de l'industrie pétrolière et du monde politique. Parmi les invités, les ministres de pétrole du Nigeria et de l'Arabie Saoudite, les présidents des principales compagnies pétrolières, le secrétaire américain à l’Énergie et le vice-Premier Ministre britannique.

La sécurité de ces personnalités  sera assurée par le service de protection diplomatique de la police, le MI5, et une petite équipe de CHERUB.

[6] Sauver la Terre !

Fin 2003, plusieurs courriers piégés sont adressés à des membres de Congrès américain et du Parlement britannique connus pour leur soutien à l'industrie pétrolière. Quatre employés du service postal du Congrès sont blessés. Un mois plus tard,le représentant d'une compagnie pétrolière française au Venezuela est tué dans l'explosion de sa voiture. Un groupe terroriste inconnu nommé Sauvez la Terre ! revendique ces attentats dans un communiqué adressé à de grands quotidiens internationaux. Ses auteurs affirment leur volonté de "mettre fin au carnage écologique provoqué sur notre planète par les grandes compagnies pétrolières et les politiciens qui les soutiennent". Ils ajoutent que "Sauvez la Terre ! relaie le cri désespéré de notre planète à l'agonie. L'heure n'est plus aux beaux discours. Nous sommes préparés à utiliser les moyens les plus extrêmes dans cette bataille décisive pour l'environnement."

Les organisations écologiques pacifistes, soucieuses de se démarquer de Sauvez la Terre !, ont aidé la police à dresser une liste de militants extrémistes. Pourtant, à ce jour, aucun membre du groupe terroriste n'a pu être formellement identifié. Quarte de ces suspects sont des résidents permanents de Fort Harmony.

Les rares informations recueillies par les services de renseignement font craindre une attaque sur Petrocon 2004. L'ampleur et la nature de cette action restent inconnues. Nous pouvons nous attendre à tout, depuis la simple voiture piégée jusqu'au dispositif visant à tuer des centaines de participants.

Si une telle action terroriste a été envisagée, il est probable que les terroristes de Sauvez la Terre ! ont essayé de nouer des liens avec des résidents de Fort Harmony pour les raisons suivantes :

a) La communauté compte parmi ses habitants de nombreux vétérans du militantisme écologique.

b) Tous les membres de Fort Harmony ont une parfaite connaissance de cette partie du parc national.

c) De nombreux résidents de Fort Harmony travaillent ou ont travaillé au centre de conférences de Green Brook. Ils sont en mesure de leur fournir des informations relatives à sa sécurité.

[7] Mission de CHERUB

Le MI5 compte déjà des informateurs et des agents infiltrés dans le mouvement environnemental. Il souhaite renforcer ce dispositif à l’occasion de Petrocon 2004.

Tous les adultes se présentant à Fort Harmony avant la conférence seront soupçonné d'être des agents des services secrets ou du MI5. Leurs chances de recueillir des informations capitales sont pratiquement nulles. Deux agents opérationnels de CHERUB se feront passer pour des membres de la famille de Cathy Dunn, l'une des plus anciennes résidentes de la communauté. En raison de leur âge, ils n'éveilleront pas les soupçons et pourront se mêler aisément aux membres de la colonie.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard